L'image “https://p1.storage.canalblog.com/12/18/208112/24281848.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Valentin : … Pourquoi, depuis si longtemps, ne m’as tu pas  écrit, alors que récemment tu m’as écrit que tu m’écrirais, si je ne t’écrivais pas…

NoTe D’iNtEnTiOn

orchestre_2_   pharma_1

Donnant des cours de théâtre à des enfants, j’ai eu l’occasion de redécouvrir Karl Valentin. J’ai tout de suite été séduit par les mots, les situations, les personnages burlesques. Une fois le travail terminé, je ne voulais pas en rester là; j’ai décidé de continuer sur ma lancée et de monter un spectacle sur les textes de Valentin.
Le défi a été de prendre plusieurs extraits des sketches de Karl Valentin et de les adapter afin de créer une histoire. Aller à l’essentiel, se mettre dans la peau du clown qu’il était, raconter son histoire, ce qu’il pense, ce qu’il ressent, ce qu’il vit au quotidien, ses tracas… J’ai donc dû adapter le texte et le remettre au goût du jour afin que le spectateur soit vraiment intégré au spectacle. Les marks ont été changés en euros, et les noms de villes allemandes en villes françaises. Je ne pense pas trahir le texte mais je tente de l’intégrer à une globalité afin que l’hommage que je souhaite rendre à Karl Valentin soit plus fort et plus concret pour le spectateur.

theatre__83_
La mise en scène est axée sur le personnage de Valentin, que nous suivons de son lever à son coucher, et qui tente de vivre, de survivre au rythme effréné du spectacle, à ses changements de situations, de personnages, de décors…

Je souhaite jouer sur l’ambiguïté de la mise en abîme: le théâtre dans le théâtre. Les comédiens qui accompagnent Valentin et qui, eux, jouent plusieurs rôles, sont conscients du spectacle qu’ils exécutent. Non seulement ils effectuent les changements de décors mais ils se changent sur scène, et tout ça est réglé et pensé comme de vraies scènes à part entière. Valentin, lui, subit leur rythme et leurs mouvements…Il est toujours en retard et décalé. Cela nous permet d’aborder la place du spectacle aujourd’hui, avec ses contraintes d’argent et de temps auxquelles notre personnage, représentatif d’un style de théâtre ancien, est aujourd’hui confronté, dépassé et à contretemps.
La direction d’acteur est axée sur l’instinct des comédiens. La psychologie n’a pas de place dans ce spectacle, seuls le corps et les gestes répondent aux situations. Valentin réagit de la même façon tout au long spectacle: de manière maladroite et vague. Il est friand de bons mots pour se sortir de la panade dans laquelle il s’est mis tout seul. Le personnage est inspiré bien évidemment de Valentin lui-même mais avec un zeste de Tati, Keaton et Chaplin. Un personnage d’un humour qui nous manque ?

Julien Delbès

                                                                                        toilette

Valentin  : Oh, là, là, moi, ça ne me plaît nulle part où je dois travailler et après j’ai atterri chez la chinoise de l’anglais.
Chef  : Où est-ce que c’est ça  ?
Valentin  :  La pagode anglaise du jardin chinois  !


sCéNoGrApHiE

SCENO_

Scénographie : Milène Catala


                                                                                                                            theatre__19_

Le pharmacien : Agité? Mais alors, prenez un calmant.
Le mieux peut être  : Isopropilprophemilbarbituracidphénildiméthildimétylaminophirazolon…

jet_d_eau_1_

Valentin : D’où viennent tous ces théâtres vides ? Simplement de l’absence du public. A qui la faute ? Uniquement à l’Etat.

Le MeTtEuR eN sCèNe

1180454276
Julien Delbès
Il a joué au théâtre le v de rideaux de françois lang, La semeuse (Melquiot), Une simple réunion de famille (De Sylvain Nova, mise en scène Antoniejecvicth), In Bed (lesly Chatterley), Roberto Zucco (Koltés, Mise en scène Jean louis Eckel)… Il a aussi travaillé pour la télévision et le cinéma. Il a incarné le rôle principal dans Rencontre sur banquette, Verso Virtuel, Offenbach et moi  et de plus petits rôles dans le Petit poucet,  Sagan (Diane Kuris), Cœurs  (Alain Resnais) et Sartre l’Age des passions… Il a été assistant à la mise en scène sur Salomé d’Oscar Wilde, (mise en scène Maria Cristina Madau, production Philipe Honoré, Théâtre de L’Onde, Vélizy,) ainsi que La ville, Paris, Beaubourg,( mise en scène Georges Bécot, Cours Florent) et Petit meurtre en famille de  et mis en scène par François Roux, (Sudden théâtre) et Un homme est un homme, une femme est une femme (d’après feydeau mise en scène Frédérique Farina). Il a également mis en scène et joué dans accorps et ârmes, d’Abel au Pandora théâtre  à Bastille. Il a mis en scène un montage de Sketches de Karl valentin intitulé les petits tracas du clown, Noces de sable de Didier Van Cauweleart (Petit Gymnase). Il a aussi réalisé quelques courts métrages dont les clefs et Le rêve de Cyrano,  mais surtout Quand vient l’automne qui a été régulièrement sélectionné. Il s’occupe aujourd’hui des ateliers jeunesse du cour Florent, et enseigne le théâtre pour Médiaspectacle. Il anime aussi les cours du soir de l’annexe jeunesse de la compagnie Alacompote.

                                                                                                                                     jet_d_eau_2_

lEs CoMéDiEnS    

BWphoto_copywright_horia_nitu_2008__257_
Julien Rouvière
Comédien polymorphe, compositeur et interprète, son parcours très éclectique où se côtoient aussi bien Shakespeare (sa référence) que de nouveaux auteurs, dans des formes très variées (théâtrales, musicales ou cinématographiques), illustre ce besoin qu'il a d'expérimenter pour s'exprimer sans être cloisonné. Initié au théâtre dès l’âge de huit ans, au chant et à la danse dès l’âge de douze ans, il a notamment joué dans «West Side Story», « Thorsilve » en France et en Angleterre avec la compagnie MIKADO dirigée par Marie Céline Lachaud, mise en scène d’Oscar Sisto… De compagnies en compagnies on a pu le voir dans «Hamlet», «Les dix petits nègres», «Les rustres» et dans de nombreuses autres productions bordelaises ou parisiennes… Après quelques passages dans des téléfilms «Balzac» de Josée Dayan, «Highlander», «Les complices» de Serge Moäti où il interprète l’un des rôles principaux, et deux spectacles avec la Compagnie Arcanes, il crée avec Julien Delbès et Amaury de Crayencour la compagnie Alacompote. Il est , par ailleurs, formateur théâtre depuis 2002 auprès de “jeunes en difficulté” à l’Association Philotechnique de Saint Denis, où il a monté et réalisé cinq pièces de théâtre et huit courts métrages.

1_copie
Elise Hobbé
Ses nombreuses années de danse classique l'ont amenée à suivre les Cours Florent où elle rencontre sa première troupe "les Sept on jamais" : ils montent leur création «Ca va pas s'pincer comme ça!»  Après ces deux années, elle débarque aux Enfants Terribles où elle joue notamment une concierge à la retraite dans « Les papillons de nuit » comédie de MM Bouchard, mise en scène de Maxime Leroux, et incarne l'infernal Puck dans «Le songe d'une nuit d'été» de W.Shakespeare, mise en scène de Fabrice Eberhard, et intègre, par ailleurs, la Compagnie Arcanes avec laquelle elle joue « Entrechocs ». Cette année, on a pu la voir dans une comédie de Patrick Hernandez «Le bébé de Julia», ou dans une comédie policière d'Amine Kaci « Envers et contre tous ». Elle joue également dans des courts métrages, et donne des cours de théâtre dans une maison de retraite.

gallet1
Joseph Gallet
 (en alternance)
TÉLÉVISION

1995 – 2002    France 3 - Plateaux de présentation du magazine "Espace Francophone"
2004 – 2006    France 3 - Journaliste réalisateur Festival d'Avignon pour "Espace Francophone"
THÉÂTRE
2008    Une aspirine pour deux - de Woody Allen. Rôle principal: Allan Felix
2004 – 2008    Sur la plage, abandonnées ... - Écriture et mes: Joseph Gallet et François Navarro. Rôle principal: Daniel. Reprise du 3 au 27 avril 2008
2003 – 2005    Attention poule méchante - Écriture et mes Joseph Gallet et François Navarro. Rôle principal: Fernand Lepif
2002 – 2003    Du vent dans les branches de Sassafras - René De Obaldia. Mes Joseph Gallet et François Navarro. Comédie de Paris. Rôle principal: John Emery Rockefeller
2001    L'équarrissage pour tous - Boris Vian. Mes Joseph Gallet. Rôle principal: le père
2000    Barouf à Chioggia - Carlo Goldini. Mes Joseph Gallet et François Navarro. Rôle: Toffolo
1999    Montage autour des oeuvres de: Guitry, Feydeau, Courteline, Ionesco et Prévert - Mes Joseph Gallet et François Navarro
1998    Montage autour des pièces de Pagnol - Marius, Fanny et césar. Mes François Navarro. Rôle: Escartefigue
FORMATION D'ART DRAMATIQUE
2006 – 2007     Cours Simon

Manu_dasi
Rui Silva

En 2003, il suit un stage d'initiation et d'improvisation avec David Stulzman et entre au Cours Simon. Ses rôles se partagent entre le cinéma, avec sa participation dans trois courts métrages et le théâtre (Théâtre du Gymnase, Café de la Gare, Darius Milhaud...) où il joue dans  «Noce de sang» de F. Garcia Lorca, «Théâtre sans Animaux» de J.M. Ribes, « Macbeth » de Shakespeare, La «Désinvolture» vde Parmelin ou « 35Heures et demie » d’Olivier Maille. Il assiste  Philippe Person dans la mise en scène d’ « Orchids On the Moon light » de Carlos Fuentes au Ranelagh et met lui-même en scène « Une Aspirine pour deux » de Woody Allen au Théo Théâtre. Il intervient par ailleurs à l’école du barreau et du journalisme en tant que comédien-formateur en communication.

1160576635
Amaury de Crayencour (en alternance)
Après avoir découvert le théâtre à Rouen en jouant deux années de suite les rôles principaux des pièces : "Le Visiteur" d'Eric-Emmanuel Schmitt et "Le Système Ribadier" de Feydeau, il poursuit sa formation a l'atelier théâtre d'aujourd'hui dirigé par Esther Pestre ou il abordera le théâtre de brecht notament. En parrallèle il monte une compagnie de théâtre, avec laquelle il adapte des textes de Karl Valentin. Il a fait de la comédie musicale avec Sora, une nuit un chemin, spectacle musicale pour enfant qu'il a joué pendant deux ans, mais aussi dans Le songe d'une nuit d'été opéra rock adapté de la pièce de Shakespeare. Avec Le V de Rideau de François Lang il a commencer a aborder le théâtre contemporrain, avec Son mec a moi de Patrick Hernandez, le café théâtre et au sein de la Compagnie Vétérinaire il joue dans Peanuts de Fausto Paravidino et Main dans la main de Sofia freden mis en scène par Edouard Signolet qu'il a joué pendant trois semaines a théâtre Ouvert en Janvier 2008.  Selectionné comme "jeune talent" au festival de fiction tv de St tropez en 2004, il tourne dans une quinzaine de court-métrages dont "Love" de Merlyn Haycraft, The last long goodbye" de Adrian Westbroock ou encore "Christmas" de Ben Adler ( courts-métrages anglophones ) mais aussi "Ca tourne pas rond"  de Jérémie Strohm ou "Quand vient l'automne" de Julien Delbès. Après avoir fait du doublage dans Munich de Steven Spielberg il continue de doubler des télénovélas tel Rubi ou Tropico. Entré au Studio-théâtre d'Asnières dirigé par Jean-Louis Martin Barbaz en 2006 il travail sur Edward Bond, Pirandello, Labiche, Giraudoux ou Claudel, membre du CFA des comédiens depuis décembre 2007, il travail le chant et la danse et il joue le rôle de l'autre Homme dans Ma vie de chandelle de Fabrice Melquiot mis en scène par Yoann Parize dans le cadre des cartes blanches du studio en mai 2008.                                                                                                                                                 

theatre__52_                              theatre__63_

Le directeur :  Alors, ma logeuse a dit  “ vous allez voir, ce poisson, là par terre, il va crever, le mieux serait de le tuer”…

orchestre_4_

LeS pEtItS tRaCaS dU cLoWn

D’après les sketches de Karl valentin :               

- Le théâtre obligatoire
- La pharmacie
- Conversation à la fontaine au jet d’eau
- Le bastringue
- Le projecteur réparé
- L’aquarium
- La gifle
- La lettre d’amour
- La sortie au théâtre
Textes extraits de « La sortie au théâtre » et du « Bastringue » aux éditions théâtrales, traduction de Jean Louis Besson et Jean Jourdheuil.

kArL vAlEnTiN

KarlValentin    rouvivalentin
Dans le temps, même le futur était mieux.
[Karl Valentin]

Né en 1882 dans la banlieue de Munich, issu du milieu ouvrier petit-bourgeois, ce menuisier, souvent au chômage, commença vers 1900 comme clown de music-hall. Karl Valentin (de son vrai nom Valentin Ludwig Fey), n'est pas un dramaturge au sens classique du terme, et ne voulut pas en être un. Ce "talentueux bricoleur" connut le succès avec sa complice Liesl Karlstadt, dans les brasseries munichoises, les cabarets et les théâtres populaires allemands, avant l'effacement, à l’époque de la montée du nazisme, puis ses tentatives pour remonter sur les planches après la guerre, et finalement l'épuisement qui le fit mourir en 1948. Quelques liens avec Brecht, et une carrière particulière dans le monde du spectacle : ses pièces sont plutôt des "sketches" au cours desquels s'accumulent les situations absurdes et agaçantes, les malentendus et les incompréhensions, les échecs artistiques et les tentatives de déstabilisation de l'ordre social ou esthétique, musical en particulier. Pas de véritable progression, pas de crise à dénouer, mais des numéros qui, tenant du cirque et du spectacle de cabaret, situent ces pièces entre les Marx Brothers et le théâtre dit "de l'absurde".

theatre__71_ pharma_2_

aTeLiErS PéDaGoGiQuEs
Alacompote propose d’animer des ateliers de découverte du théâtre  d’après les textes de Karl Valentin.

La compagnie compte parmis ses membres des formateurs de théâtre expérimentés qui enseignent dans des lieux très variés (Association Philotechnique de Saint Denis, Cours Florent à Paris, Maison de retraite Les Floralies à Bagnolet). Cette diversité de terrains d’action nous permet d’intervenir dans des établissements scolaires, des centres de loisirs, des maisons de quartiers, des MJC ou des maisons de retraites sans difficulté d’adaptation.
Les ateliers proposés prendront différentes formes en fonction du public concerné et quelque soit le volume d’heures, le lieu ou l’objectif de l’intervention défini par l’encadrement, la compagnie Alacompote s’engage à utiliser la pédagogie la plus appropriée.

theatre__72_ theatre__90_